Trois questions plus une à… Christiane Clément. Nouvelle Vice-Présidente de la FNCTA Ardèche

P1180174 - mod 1 bd

Interview 2017 :

Christiane, tu viens d’être élue Vice-Présidente du Comité départemental de l’Ardèche de la Fncta. Félicitations !

Christiane tu nous présentes ton parcours Théâtral ?

Mon aventure théâtrale a commencé quelques années après que je me sois installée en Ardèche. J’ai intégré une troupe qui était dans le village de Saint-Désirat près de Thorrenc, et qui était sous la tutelle de l’AFR nous avons joué du boulevard essentiellement, très demandé par le public local.
En 1987 mon mari a pris la mise en scène et nous avons joué « les espions » de Mouza Pavlova un auteur dissident soviétique qui était joué pour la première fois en France, ce qui nous a valu la joie d’avoir la visite de sa traductrice.
Monter ces pièces satiriques nous a procuré beaucoup de plaisir, nous avons dû faire preuve d’imagination et user du système D car de nombreuses scènes étaient avec « effets spéciaux » : arrachage de tête, vissage dans le sol et d’autres. Le public était beaucoup moins enthousiaste, la satyre et l’absurde demande certaines dispositions d’esprit, l’AFR a voulu intervenir dans le choix de nos pièces et nous avons donc cessé notre collaboration. Ce fut les débuts de l’Art-Muse Gueule, avec comme comédiens la majorité de ceux qui la compose actuellement, nous avons monté « le roman comique » de Scarron adapté par Guy Vassal. Cette pièce fut jouée en extérieur dans le décor splendide du village en costumes d’époque faits par le LP Mongolfier d’Annonay, pour ce projet nous avions demandé et reçu du Conseil Général une subvention conséquente. Puis ce fut « du vent dans les branches de Sassafras » de De Obaldia, « au porc galant » de Spaak, « 1 riche 3 pauvres » de Calaferte, « la sortie au théâtre » et « le chevalier Unkenstein » de Karl Valentin, « au vrai chichi marseillais » de Pierre Ascaride et « et ben dites donc » sketches de Guy Foissy et Jean Claude Grimberg.
Actuellement nous tournons avec « 2 tickets pour le paradis » de Jean Paul Alègre. Le choix de notre répertoire est souvent satyrique ou burlesque, nous aimons ce type d’écriture et de jeu, faire rire et réfléchir.
Le Théâtre amateur, c’est pour moi partager avec des personnes que j’apprécie, des moments de travail, de joie, d’angoisse, de trac… voilà maintenant 20 ans que notre bande de copains, d’amis plus exactement marche avec entrain et bonheur sur le chemin de la création théâtrale amateur, une belle et grande aventure humaine.

Quel est ton rôle à la FNCTA Ardèche ? Que représente pour toi cet engagement ?

Je suis vice-présidente plus spécifiquement attachée au « Nord » Ardèche. Je pense que mon rôle est d’essayer d’être le lien entre la FNCTA Ardèche (CD07) et les troupes du secteur. Notre département est, de par sa configuration géographique difficile à fédérer, cela se voit surtout lors de nos manifestations comme les festivals, la représentativité des troupes du Nord et moindre voire inexistante. Mon engagement ou plus exactement mon ambition serait d’arriver à créer une dynamique, un lien entre les différentes troupes, et voir émerger l’envie de partager quelque chose ensemble.

Quels projets à venir ?

Je ne crois pas aux grands et gros projets, je resterais donc modeste déjà arriver à me faire connaître en allant voir les troupes sur scène (ce que je faisais mais sans me faire connaître). Recueillir les demandes, être une personne relais, dire l’importance de chacun dans la vie d’une association, essayer de mobiliser les bonnes volontés et redonner une dynamique à notre représentativité

Dernière question, tu as le pouvoir de voyager dans le temps, tu voyage dans le passé ou dans le futur et pourquoi ?

Oh………………. je vis pleinement l’instant présent (et nous sommes plusieurs à faire ainsi, d’après ce que j’ai lu), alors me projeter dans le passé ou l’avenir ??? Mais s’il me fallait absolument faire un choix ce serait l’avenir, je ne suis pas une nostalgique (malgré mon grand âge) et j’ai l’espoir que l’avenir rendra l’homme meilleur, mais comme je doute souvent de mes alter-égaux j’ai peur d’être déçu. Donc je botte en touche et me contente de vivre intensément le moment présent.

P1180423 - mod bd