ARCHIVE. Le mâle et le bien, de Patrick Ortega, au Off d’Avignon 2016. Présenté par le Théâtre du Torrent

INTERVIEW 2016. Une troupe de théâtre amateur au festival Off d’Avignon n’est pas chose courante. Et, pour pimenter le propos, ce n’est pas la première fois qu’elle s’y présente. Nous avons souhaité en savoir plus sur le pourquoi et le comment d’une telle démarche.

Pourquoi une troupe amateur à Avignon ?

GD
Béatrice Croquet. Le Théâtre du Torrent, que tu diriges, se prépare à présenter la pièce
« Le Mâle et le Bien » de Patrick Ortega au Festival Off d’Avignon 2016.
Le Festival Off d’Avignon se présente, aujourd’hui, un peu comme le supermarché du théâtre professionnel où les programmateurs de spectacles vont faire leurs courses, aidés en cela par les journalistes spécialisés. En 2011, le Théâtre du Torrent y a présenté « Hôtel des deux Mondes » d’Eric-Emmanuel Schmitt et en 2014 « Le Repas des Fauves » de Vahé Katcha. En 2016, le Théâtre du Torrent y présentera « Le Mâle et le Bien » de Patrick Ortéga. Qu’est-ce qui pousse une troupe de théâtre d’amateurs à participer à ce grand marché professionnel ? Et pourquoi  présenter une pièce dont la tournée touche à sa fin et qui n’a pas besoin de promotion ?

BEATRICE CROQUET  THEATRE DU TORRENT ANNEMASSE 2016BC
Avant tout, je souhaiterais nuancer l’idée selon laquelle le Festival Off ne serait qu’un « supermarché du théâtre professionnel » ! Bien sûr, cette vocation est prépondérante à Avignon pour la majorité des Compagnies qui s’y produisent. Leur objectif premier : y faire découvrir leur travail au plus grand nombre de programmateurs possible afin d’en assurer la diffusion sur les Saisons Culturelles à venir, ce qui n’est pas notre cas à nous, les Amateurs, au demeurant assez peu nombreux dans la Programmation du Festival !
Mais ce serait par trop réducteur de s’en tenir à cet objectif-là ! Ce serait sans compter avec l’extraordinaire Public si motivé du Festival, (1 million de billets vendus en 2015) sans compter avec la passion du Théâtre et l’envie de la partager ! Car Avignon Off, c’est avant tout une immense, grisante et redoutable Fête du Théâtre, une déclaration d’amour au spectacle vivant et pour ceux qui y jouent, un passage de l’autre côté du miroir !… On y plonge en immersion totale dans un tourbillon de textes d’Auteur et de prouesses de comédiens ! C’est à ce titre que nous, les Amateurs, avons eu humblement envie d’embarquer dans cette aventure unique, envie de nous frayer notre petit chemin dans cette jungle inconnue, d’apprendre, de goûter, de ressentir, de vibrer et de partager !
Nos deux premières expériences de 2011 et de 2014 nous ont confortés dans ce choix puisque nous, les « petits amateurs » qui n’attendions rien de plus que de tenter de donner du plaisir à « au moins » quelques spectateurs, avons joué à guichet fermé tous les soirs pendant toute la durée de ces deux Festivals ! Un vrai miracle !… Et puis, quelle meilleure mise à l’épreuve pour une Compagnie amateur que de passer quasiment un mois en cohabitation, d’affronter sous la chaleur la fatigue des indispensables tractages, des courses à faire, des repas à préparer, des raccords à effectuer chaque soir à propos de telle scène … Quel plaisir aussi de relever ce défi et d’en sortir comblés et plus forts, convaincus d’avoir défendu et fait rayonner l’image du Théâtre Amateur et de notre Fédération auprès d’un public que le simple mot « amateur » rendait de prime abord méfiant à notre égard !

Le coût

GD
Avignon coûte horriblement cher. Location de salle, voyage, hébergement, nourriture, documents d’informations… Comment financez-vous un tel projet ? Comment allez-vous fonctionner concrètement : Hébergement, repas… ?

BC
Effectivement, Avignon coûte très cher !… Ne bénéficiant d’aucune subvention dédiée, il nous faut donc puiser dans les fonds propres de notre Association, prier très fort pour que notre pièce ait beaucoup de succès (ce qui ne nous empêchera pas d’être un peu déficitaires, même si nous affichons complet tous les soirs !) et prendre à notre charge personnelle certains frais.

Relations variables avec les professionnels

GD
Quels sont tes rapports avec les professionnels ?

BC
Sur place, la qualité de ces rapports peut être très variable. Cela dépend souvent beaucoup du succès rencontré ou non par les Compagnies professionnelles. Si leur spectacle marche bien, elles ne se sentent pas en péril et les rapports sont excellents ! Dans le cas contraire, nous sommes parfois un peu considérés comme des intrus car il est malheureusement assez fréquent de vouloir trouver des boucs émissaires en réponse à une situation négative que l’on ne maîtrise pas !…

Le mâle et le bien - Poker- Avignon CDécision collective des comédiens

GD
Au niveau des comédiens, est-ce que Avignon fait partie du contrat de départ ? Quel doit être leur type d’investissement une fois sur place : représentations, tractage… ?

BC
Il n’y a aucun « contrat de départ » passé à ce sujet avec les comédiens de la Troupe. Si nous estimons collectivement que l’un de nos spectacles a de bonnes chances de réussite au Festival (voir 5ème question) et si tout le monde est bien d’accord pour courir l’aventure, alors nous nous lançons ! Mais cela n’a rien de systématique ! Par contre, une fois sur place, l’engagement doit être total pour concourir à la réussite de l’entreprise commune ! Nous tractons tous les jours environ 2h le matin et 2h l’après-midi et comme le créneau horaire de notre représentation quotidienne s’est jusque-là toujours situé en fin de journée, cela nous laisse assez de temps pour aller nous régaler et apprendre encore et toujours en partant à la découverte d’autres Compagnies !

Quelques conseils

GD
Quels conseils donnes-tu à une troupe de théâtre amateur qui souhaite se produire à Avignon ?

BC
1 / Avoir une « bonne » pièce, parfaitement rodée, interprétée,
par une distribution homogène d’excellent niveau, écrite de préférence
par un Auteur dont le nom est déjà connu.
2 / Avoir une distribution un peu copieuse. Le public adore ça, car le
Festival regorge de « One-man Show » ou de pièces à 2 personnages.
(Difficile pour les Cies Professionnelles d’assurer les salaires de plus de
2 ou 3 comédiens + les techniciens, d’où une certaine aigreur à notre égard, nous qui sommes tous bénévoles !…)
3 / Avoir « les reins solides » tant sur le plan financier (il faut pouvoir assumer un échec toujours possible !) que sur le plan psychologique au niveau de l’entente des membres de sa troupe ! Certaines Cies « explosent en vol » en affrontant la cohabitation et ne s’en remettent pas !
4 / Etre un peu fous et aimer les défis !

Propos recueillis par Guy Dieppedalle

+ d’infos

Béatrice Croquet est Directrice et Metteur en scène de la compagnie Théâtre du Torrent, Annemasse, Haute Savoie. Voir le site : www.theatre-du-torrent.fr

Avignon. Off. Quelques chiffres pour l’Edition 2015 du festival d’Avignon : 1066 Compagnies – 1250 spectacles – 120 Salles — 4000 programmateurs et journalistes.
Voir aussi l’histoire du festival d’Avignon sur Wikipedia

Avignon : Eviter l’attente !

Il est possible de réserver, dès maintenant, ses places pour « Le Mâle et le Bien » au Festival d’Avignon Off. Grâce au formulaire à disposition sur le site  www.theatre-du-torrent.fr

Le mâle et le bien - Le vote- Avignon 1Le mâle et le bien - Poker- Avignon 2Le mâle et le bien - Trio- Avignon 3FLYER M&B RECTO FLYER M&B VERSO

.