Naissance d’un festival en Haute Savoie. Rumilly sur scène

FESTIVAL RUMILLY-102017-PhotoThomasSaillet-04Billet d’humeur. Lettre à une comédienne.

Je voulais t’en parler. Mais il me faut déroger à la règle sur ce site. Une fois n’est pas coutume. Saluons l’évènement. Pas anodin. Une naissance. Celle d’un nouveau festival sur les Savoie. Rumilly sur scène. Les géniteurs ? Loin d’être des inconnus. Les Gars de la Rampe. L’une des plus anciennes compagnies de théâtre de Haute Savoie. Agés de bientôt 70 ans. Et, qui plus est, membre fondateur du Comité départemental des Savoie de la Fncta. La marraine : Béatrice Croquet, Directrice du Théâtre du Torrent. Parmi les nombreux membres de la Fncta présents : Pierre Favre, de la compagnie Fun en Bulle, l’un des pionniers, lui aussi, de notre Comité.
Luciano De Francesco (Président de l’Union régionale Rhône-Alpes Fncta), Alexandre Zanotti (Président du Comité des Savoie), tous les membres du Comité des Savoie de la Fncta. Les élus et responsables culturels de la ville de Rumilly. Les partenaires. Le Directeur de l’Oscar (Office Socio Culturel de l’Albanais et de Rumilly) l’une des salles du festival avec celle du lycée de Demotz.

FESTIVAL RUMILLY-102017-PhotoThomasSaillet-128Impressionnant bénévolat

Tu aurais été étonnée. Subjuguée. Fascinée peut-être. Le nombre, la disponibilité et le sourire des bénévoles. De la technique Lumière et Son à la gastronomie, en passant par l’accueil et la billetterie. Du photographe et du vidéaste à l’équipe de service à table. Une fourmilière. Originalité : Michel Pierre, Responsable du festival, metteur en scène et subtile écrivain, a imaginé et écrit quelques petites formes sur le monde du théâtre. Que les Gars de la Rampe ont joué en guise d’introduction avant chaque spectacle. Humour fin et amusant. Comédiens de grand talent. (Voir les images ci-dessous).

Jury Jeunes Lycée Demotz
Jury Jeunes Lycée Demotz

Jeune génération. Un regard neuf

Et puis deux éléments importants auxquels tu es sensible. La place des jeunes et le partenariat. Ici, avec le groupe scolaire Demotz de la Salle. Animé par Caroline Bartiaux, enseignante. Une équipe de lycéennes et lycéen de l’atelier Théâtre du Lycée a suivi les spectacles. Mission : Emettre un coup de cœur. Ils ont analysé et aimé toutes les représentations. Se sont émus et émerveillés. Ils nous ont fait partager leurs regards pertinents sur chaque spectacle. Un coup de coeur, sous forme de préférence, s’est dégagé pour la pièce de Gérard Levoyer : Burlingue. Par la Cie Les femmes s’inventent.
Nécessaire, ce regard neuf de la jeune génération. Je te précise tout de suite. Il ne s’agissait, là, ni de concours, ni de décerner un prix. Je te rassure. Comme toi je trouve ringard ces stupides premiers prix que l’on peut apercevoir parfois en fin de festivals. Stupides compétitions. Décorations éphémères, clinquantes et inutiles qui n’ont pas leur place dans un festival de théâtre amateur qui se veut sérieux. Restons humbles.

Les spectacles

Tu aurais aimé. Adoré. Des prestations de qualité. Drôles ou émouvantes. Déjantées également. Béatrice Croquet, en guise de conclusion, a mis l’accent sur la diversité et la richesse de la programmation. Pour tous les goûts. Pour tous les âges. Et affirmé que ce festival de théâtre, à travers ses spectacles et ses temps d’échanges constituait un beau moment de convivialité et d’humanité.
En effet, ce qui fait la saveur et donne du sens à un festival de théâtre amateur dépasse largement la simple programmation. Les représentations, tu vas me dire, constituent le coeur d’un festival, certes. Mais peut-être pas l’essentiel. Au-delà de la saveur d’une belle pièce, il est bon de respirer le parfum des relations humaines. De déguster ces riches moments de rencontre autour d’une table dressée par les organisateurs. De participer à ces respirations relationnelles. Parfois animées. Juste après un spectacle qui interroge. Confrontation. Nécessaire passage vers l’humilité pour le comédien ou le metteur en scène. Importance et difficulté d’accepter le regard d’autrui. Différent du nôtre. La culture de la différence. La culture de l’écoute et de la tolérance.

Festival synonyme d’engagement

J’ai pensé à toi, la militante. Nous en avons souvent parlé ensemble. T’en souviens-tu ? Créer un festival est également synonyme d’engagement. Prendre une responsabilité dans la défense d’une pratique culturelle aujourd’hui. Patrick Schoenstein, Président de la Fncta, le disait dans une interview récente : « Il nous faut être conscient que notre activité artistique, notre pratique du théâtre est, pour une part de plus en plus importante, constitutive de la vie culturelle de notre pays. Cela nous rend d’autant plus responsables des spectacles que nous produisons ».

Guy Dieppedalle
Architecte de mots éphémères

Les Gars de la Rampe : une institution locale

Une quarantaine de membres. Une vingtaine de comédiennes et comédiens de 17 à 88 ans. Compagnie soutenue par la ville de Rumilly et l’Oscar.
Depuis 1949, une belle production : L’Avare, Molière et la médecine, le Petit Prince de Saint-Exupéry, En attendant les boeufs, Ce soir on assassine, Du vent dans les branches de sassafras de René de Obaldia, L’hiver sous la table de Roland Topor, lapin Lapin de Coline Serreau… Et une escapade théâtrale au Québec.

Le site des Gars de la Rampe  https://www.lesgarsdelarampe.com
Le site de l’Oscar Rumilly   www.oscar-rumilly.fr
Le programme de ce festival sur notre site
L’interview de Patrick Schoenstein Président de la Fncta sur les festivals de théâtre
Le site régional de la FNCTA

Photos Thomas Saillet

Sur scène. Les spectacles

Huit femmes
Huit femmes
La boîte en coquillages
La boîte en coquillages
Pschitt !
Pschitt !
Panique au pays des contes
Panique au pays des contes
Burlingue
Burlingue

 

Yan et la rose des sables
Yan et la rose des sables

 

Dans la loge. Les petites formes du festival

Petites formes, signées Michel Pierre, destinées à introduire chaque spectacle. Interprétées par les comédiennes et comédiens des Gars de la Rampe

FESTIVAL RUMILLY-102017-PhotoThomasSaillet-19-Dans la logeFESTIVAL RUMILLY-102017-PhotoThomasSaillet-41-Dans la logeFESTIVAL RUMILLY-102017-PhotoThomasSaillet-59-Dans la logeFESTIVAL RUMILLY-102017-PhotoThomasSaillet-100-Dans la logeLes réactions du public sur un panneau

FESTIVAL RUMILLY-102017-PhotoThomasGuyDieppedalle-RéactionsDuPublic

Brahim Amkhaw, Dir Oscar et Michel Pierre Responsable Festival
Brahim Amkhaw, Dir Oscar et Michel Pierre Responsable Festival
Béatrice Croquet, marraine du festival.
Béatrice Croquet, marraine du festival.

RUMILLY SUR SCENE Logo et image 24 10 17-B-x1000Photos signées Thomas Saillet. Que nous remercions.