Yves Clayette, Maire de Châtillon-sur-Chalaronne, a quitté paisiblement la scène. Octobre 2016

Yves Clayette-Photo Zeizig mascarille.com

Yves Clayette-Photo Zeizig mascarille.com

Adieu à Yves Clayette.

Yves, c’est grâce au théâtre, c’est dans le théâtre que nous nous sommes connus. Nous étions alors de jeunes comédiens amateurs qui nous nous nourrissions avec ferveur, à Châtillon, de l’enseignement de nos maîtres Colette et Gérard Maré.
Ensuite, au fil des années, nous sommes passés du côté obscur de la force, du côté des réunions, des dossiers, des discussions, voire des engueulades. Au service de l’organisation du plus grand festival de théâtre contemporain amateur de France.
Il faut pour cela accepter de rester dans l’ombre pour que d’autres puissent aller dans la lumière recueillir les bravos, il faut se battre un an à l’avance pour que tout soit prêt : les salles, l’hébergement, la communication… Et ne pas craindre de ne recueillir en retour que beaucoup de critiques.
Car, en plus, dans cette troupe obscure, tu tenais le mauvais rôle, celui qui doit toujours veiller à ne pas laisser les dépenses s’emballer, à maîtriser les crédits, à être le garant intraitable des deniers publics.
Mais ce rôle tu le tenais si bien, avec une rigueur et une honnêteté qui ne tuaient en rien ta passion et ton enthousiasme, que c’était toujours un plaisir que de jouer avec toi.
C’est ainsi que nous avions pu construire cette année tous ensemble avec le Comité d’Organisation le trentième Festival éclos en mai. C’est avec une plus grande émotion encore que d’ordinaire que nous écoutions le discours où tu nous remerciais, craignant que ce ne soit le dernier.
Et, hélas, ce le fut.
Dans la nuit de samedi à dimanche, tu nous a quittés, vaincu par cette maladie qui t’avait fondu dessus il y a quelques mois. « Il est parti paisiblement » nous a dit Chantal. C’est une petite consolation pour elle et pour nous qui sommes à ses côtés pour porter ensemble ce chagrin.

Dans « Châtillon-sur-Chalaronne 2036 », pièce qu’il a écrite spécialement pour ce 30e Festival, Denis Marulaz met en scène un maire qui lutte vaillamment, en 2036, pour défendre le 50e Festival contre un état devenu totalitaire. Il plaide en ces termes :
« Si vous saviez ce que nous avons vécu de lumière, justement, pendant tant d’années, avec tous ces gens du théâtre qui nous disaient le monde, chacun à sa façon. Et comme ils nous faisaient voyager jusqu’au fond de notre cœur et de nos rêves… Le crime a été commis de vouloir faire vivre encore et malgré vous notre cher Festival et ce pour la cinquantième fois ? Et bien je l’avoue, je le revendique, je suis celui qui, dans cette ville, a pris la décision de continuer l’aventure au grand jour. »
Un rôle fait pour toi. Que tu aurais adoré jouer si la vie t’en avais laissé le temps…
Mais qui sait, peut-être es-tu déjà en train de le travailler pour un nouveau grand festival de théâtre amateur ?
Pas contemporain celui-ci, juste éternel.

Jean-Paul Saby
2 octobre 2016

Les obsèques se dérouleront Mercredi 5 octobre 2016 à 14h30 à Châtillon sur Chalaronne

Yves Clayette et Jean Ferrat en 2001

Yves Clayette et Jean Ferrat en 2001

Festival de Châtillon 2016; Avec les auteurs de théâtre. Photo Zeizig Mascarille.com

Festival de Châtillon 2016. Avec les auteurs de théâtre et institutionnels. Photo Zeizig Mascarille.com

Photo Zeizig mascarille.com

Photo Zeizig mascarille.com

Voir le diaporama sur Yves Clayette. Sur le site mascarille.com

Page du Festival de Châtillon-sur-Chalaronne

.